fr
Votre Pass Lorraine
Actualités

Confinement : 6 lieux à visiter
depuis son canapé !

Cathédrale Saint-Etienne de Metz © Herbert SCHROYEN

Comment s’occuper pendant le confinement ? Vous avez déjà fait le tour de votre bibliothèque, lu “Cinq cartes brûlées”, de Sophie Loubière et “Leurs enfants après eux”, de Nicolas Mathieu ? Surtout #RestezChezVous, installez-vous confortablement sur votre canapé ou sur votre transat au soleil, ordinateur sur les genoux, et évadez-vous grâce à la réalité virtuelle. Nous vous proposons 6 lieux d’histoire à (re)découvrir en Lorraine. Cathédrales, basilique, musée ou cité Vauban… le patrimoine local vous propose des visites confidentielles, gratuites et à portée de clic !

Visiter les cathédrales et basilique de Lorraine

A défaut de pouvoir les visiter in situ ou se rendre à la messe du dimanche, les plus beaux édifices religieux vous ouvrent grands leurs portes pendant le confinement ! Grâce à la réalité virtuelle, visitez 3 des plus belles cathédrales de Lorraine et la majestueuse Basilique de Saint-Nicolas-de-Port.

Visuel d’illustration du mapping des 800 ans de la cathédrale Saint-Etienne de Metz © Artslide

  • la cathédrale Saint-Etienne de Metz

Admirez les vitraux de Marc Chagall comme si vous y étiez. Avec 6 500 m2 de verrières, l’édifice gothique possède la plus grande surface vitrée des cathédrales de France. Une particularité qui lui a valut le surnom de Lanterne du Bon Dieu. Construite au XIIIe siècle, la cathédrale Saint-Etienne de Metz fête cette année ses 800 ans ! Un jubilé avec une programmation événementielle qui s’annonce riche. Jusqu’à février 2021, ce sont plus de 200 rendez-vous programmés pour revivre les grands chapitres historiques et artistiques de l’édifice. Expositions, visites, concerts, conférences, ateliers jeune public… à découvrir dans le cadre du festival Constellations de Metz.

Ce joyau architectural recèle bien des trésors cachés à découvrir post-confinement. La crypte de la cathédrale, située sous le choeur recèle d’objets qui ont bon nombre de légendes à raconter. Faites-y notamment la connaissance du Graoully, le légendaire dragon terrassé par l’évêque Saint-Clément ! Parmi les nombreuses légendes rattachées à l’édifice, on raconte que Pierre Perrat, son architecte, aurait fait un pacte avec le diable et serait emmuré dans la pierre de Jaumont. Durant cette période à la maison, retrouvez histoire et anecdotes, dans la bande dessinée dédiée : “Cathédrale Saint-Etienne de Metz 800 ans d’histoire : La Lanterne du Bon Dieu« , illustrée par François ABEL et scénarisée par Charly DAMM.

Par ici pour une visite virtuelle de la Lanterne du Bon Dieu

  • la cathédrale Notre-Dame de l’Annonciation et Saint-Sigisbert de Nancy

Cathédrale Notre-Dame de l’Annonciation de Nancy vue depuis la place Stanislas © Michel Laurent/ARTGE Destination Lorraine

Prochaine visite : la cathédrale de Nancy ! Le monument historique de style classique, situé au coeur de la ville, est visible à travers les grilles dorées à l’or fin de l’une des plus belles places du monde : la place Stanislas, classée avec les places d’Alliance et de la Carrière, au patrimoine mondiale de l’Humanité par l’UNESCO. Initiée en 1703 sous le règne du duc Léopold, la construction de la cathédrale fut achevée par le roi Stanislas.

Déambulez à travers la nef de l’édifice du XVIIIe siècle, levez les yeux (à l’aide de la souris 😉 ) et appréciez, à la croisée du transept, la coupole décorée d’une magnifique fresque. Dédiée à la « gloire céleste », elle fut réalisée par l’artiste nancéien, Claude Jacquart. On doit à un autre artiste local les grilles qui ornent les deux chapelles latérales : Jean Lamour, ferronnier lorrain au service du roi de Pologne, Stanislas Leszczynski. Ces grilles sont reconnaissables de par leur style, semblable à celles de la place Stanislas, qu’il réalisa par la suite.

Cliquez ici pour une visite virtuelle de la cathédrale de Nancy

  • la cathédrale Saint-Etienne de Toul

Cathédrale de Toul-IMATEC

On poursuit notre voyage architectural virtuel en Meurthe-et-Moselle, par Toul et sa cathédrale Saint-Etienne. L’édifice de style gothique possède une façade occidentale remarquable et, en son sein, un cloître parmi les plus grands de France. Promenez vous dans la nef grâce à votre souris et rendez-vous à l’extérieur, pour profiter d’un bol d’air virtuel dans le cloître de 52 m sur 42 m.

Idée de sortie post-confinement : le casse-croûte de Quasimodo ! Inutile d’aller jusqu’à Notre-Dame de Paris pour déjeuner avec les gargouilles. Durant la saison estivale on suit la visite commentée de la tour sud de la cathédrale de Toul et on profite d’une pause gourmande à 50 mètres de hauteur. Sur la plateforme du campanile vous attend un savoureux pique-nique constitué de produits locaux. L’occasion de se reposer après l’ascension et surtout, de profiter d’une magnifique vue sur la ville ! Vous pourrez également apprécier la vue sur le cloître que vous aurez pu visiter préalablement grâce à la réalité virtuelle.

Découvrir la cathédrale Saint-Etienne de Toul

  • la basilique de Saint-Nicolas-de-Port

Basilique de Saint-Nicolas-de-Port © Pierre Defontaine/ARTGE Destination Lorraine

Chaque année, le samedi le plus proche de la Saint-Nicolas, la basilique accueille en son sein des milliers de personnes à l’occasion de la traditionnelle procession aux flambeaux, en l’honneur du patron des Lorrains. Illuminée par des milliers de cierges, s’élève alors avec puissance dans l’édifice l’hymne dédiée à saint Nicolas.

Pour comprendre cette tradition, revenons quelques siècles en arrière : vers 1240, le Sire de Réchicourt est fait prisonnier lors d’une croisade dans un pays lointain. Chaque soir, il prie saint Nicolas de le délivrer de sa prison. Le 5 décembre en pleine nuit, il est réveillé par le froid. Il n’est plus dans son cachot mais sur le parvis de l’église de Saint-Nicolas-de-Port, devenue basilique !

Grâce à la réalité augmentée, profitez d’une visite de la basilique de Saint-Nicolas-de-Port en toute confidentialité, en attendant la 775e procession en décembre prochain !

On clique ici pour se téléporter tel le Sire de Réchicourt, à Saint-Nicolas-de-Port (enfin presque 🙂 )

Vous en voulez plus ? Découverte du Musée de la Cour d’Or et de la cité de Longwy

  •  Visite guidée virtuelle du Musée de la Cour d’Or à Metz

Musée de la Cour d’Or

Le musée de la Cour d’Or de Metz Métropole vous ouvre virtuellement ses portes sur leur chaîne YouTube. 3 épisodes d’une durée cumulée d’environ 1 heure, vous invitent à découvrir 2 000 ans d’histoire de la cité messine. En compagnie d’Anne Wilmouth, docteur en archéologie et chargée des publics au musée de la Cour d’Or, laissez-vous guider sur 5 000 m2, à travers les collections gallo-romaines, médiévales et Beaux-Arts.

 

  • Visite de la ville de Longwy en 6 étapes

Fortifications Vauban à Longwy © Ville de Longwy

Grâce à la réalité augmentée, direction le Nord de la Meurthe-et-Moselle pour visiter la ville, célèbre pour ses faïenceries d’art : les Emaux de Longwy. La cité attire également pour ses fortifications érigées par Vauban et inscrites sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Découvrez Longwy et ses environs, en 6 étapes :

  • la place du Colonel Darche : précédemment appelée place d’Armes, elle doit son nom au Colonel Natalis Constant Darche, qui commandait la garnison de la place de Longwy durant la Première Guerre mondiale. C’est sur cette même place que se tient le puits de siège Vauban.
  • le puits de siège de Vauban : celui-ci servait à l’époque à approvisionner la population civile de la cité en eau. Il s’agit de l’un des 5 puits de la cité fortifiée. Aujourd’hui il accueille l’office de tourisme du Pays de Longwy.
  • l’église Saint-Dagobert : située place Darche également, l’édifice fut classé au titre des Monuments historiques en 1921. Détruit à plusieurs reprises, il fut reconstruit à l’époque de Sébastien Le Prestre de Vauban.
  • la Porte de France : nommée ainsi parce qu’elle regardait vers l’intérieur du Royaume. Elle est la dernière porte encore debout, la porte de Bourgogne ayant été détruite durant la Première Guerre mondiale. Bâti en pierre blanche, l’édifice fait partie des fortifications du réseau des sites majeurs Vauban. Symbole de la ville, on la retrouve notamment peinte sur les assiettes en Emaux.
  • le musée des Fers à repasser : un musée insolite qui compte avec plus de 4 000 pièces ; l’une des plus importantes collections de fers à repasser en Europe.
  • les Vitraux Majorelle : réalisés par les ateliers Majorelle, ces 27 vitraux Art Déco illustrent le travail des hommes de la sidérurgie.

Bon plan : avec le Pass Lorraine, profitez de réductions lors de la visite du Musée des Fers à repasser et de la découverte des Vitraux Majorelle à la Maison de la Formation de Longlaville.

Cliquez ici pour découvrir la cité Vauban de Longwy en réalité virtuelle.

0
Publicité